Archive | Déco & Bricolage RSS feed for this section

L’art du geste, celui de tapisser

22 Juil

Je ne suis vraiment vraiment pas régulière ces derniers temps… la faute à la chaleur, aux vacances, au manque d’inspiration ? rien de tout cela. Plutôt la faute aux questionnements existentiels…mais je vous rassure, ceux-ci sont en phase de résolution et de soulagement.

Aujourd’hui, un article sur un métier, un art, des gestes, un savoir-faire et des techniques auxquels j’ai pu m’essayer avec envie et grands questionnements il y a peu. Tapisser ça veut dire quoi ? ça veut dire (entre autres) redonner vie au voltaire de papi, au bridge de la cousine, ou à la chaise toute triste et élimée trouvée sur le trottoir. C’est aussi l’héritage de tata Yvonne qu’on avait mis au grenier, et auquel on ne trouvait aucun intérêt mais voilà que maintenant qu’on est installé, qu’on se sent adulte et qu’on se plait à changer ses petits meubles d’étudiants ikéa par du plus durable, on aimerait bien voir ce fauteuil à côté du coin lecture et des photos de famille.

Tapisser ça s’accompagne aussi d’un tas de verbes : dégarnir, mettre en crin, poser des ressorts, emballer, coudre, appointer, couvrir, tendre, habiller, etc. etc. Ceux-ci font plus ou moins mal aux doigts (ouille!), aux articulations(aïe), aux dos (mince), aux jeans (pas grave, ça fait grunge) ou à la tête (quand tu sniffes un peu trop de résine sous des températures follement estivales). Mais au delà de ces bobos et du fait que comme dans beaucoup de métiers d’arts, d’artisanat tu ne rouleras jamais en voiture blingbling et tu ne compteras pas tes heures (et encore moins ton taux horaire), c’est une passion, qui s’accompagne d’un apprentissage de savoirs et de techniques, de connaissances et de compétences et qui apporte beaucoup : des sourires des propriétaires qui n’en reviennent pas de la résurrection de leur fauteuil  aux satisfactions personnelles aussi d’être venues à bout d’un « chantier » compliqué et d’avoir apporté confort et nouvelle vie à ces Histoires de sièges.

Bref, passons les écrits et écoutons ces jolis sons de marteaux, de crin qui vit quand on pose son oreille sur le dossier juste terminé, voire même du son moins poétique de l’agrafeuse qui a permis quelques évolutions du métier et surtout de pouvoir travailler plus vite. Ces sons (pour celui qui n’entendra pas le bruit du marteau) sont accompagnés de quelques petits clichés de la réfection complète d’un bridge : du dégarnissage au re-garnissage en technique traditionnelle, avec les ressorts, le crin, les semences, la totale en gros avant l’habillage avec du tissu et passepoil diy (avec la machine à coudre de professionnel qui fait peur tellement elle va trop vite).

MOSAIQUE

Et au bout de nombreuses heures, le résultat :

avant_apres

Merci Manue pour ton accueil au Sofa Bleu et l’expression de ta passion (c’est pas grave si c’est contagieux hein) ! Et pour finir, quelques photos faites au sein de l’atelier (polaroid 600SE + scans de négatifs films fujifilm noir et blanc 3000)

pola02

pola01

pola03

Publicités

DIY couture : avec un torchon et une ceinture

30 Juin

J’ai plein d’articles et plein de choses en tête, mais je n’ai pas toujours tous les éléments pour aller au bout de ce que je veux faire ! alors aujourd’hui, un petit  tuto qui ne demande pas énormément de fournitures : un torchon, une ceinture, une machine à coudre. Autre chose, j’ai imaginé ce tuto comme étant destiné au garçon … petit bide, le garçon trouve les couleurs pas assez masculines et je crains donc qu’il ne l’utilise pas (tans pis, ça me servira bien à moi).

Revenons-en aux fournitures en question et à l’objet final de ce DIY ! Il s’agit de se fabriquer un totebag, vous savez ces petits sacs parfaits d’appoint pour transporter des magazines, les coursettes du jour ou autre encas qui ne rentrent pas dans le sac à main ou la petite besace quotidienne ! Simple à coudre, car il se résume à un rectangle de tissu et deux anses pour le porter facilement sur l’épaule ; ici j’ai choisi en plus de le rendre plus rigide (et aussi plus virile) en recyclant une ceinture en cuir qui servira pour les anses.

Concernant le tissu, j’ai dans mes valises en carton, un tas de petits tissus féminins, des pois, des fleurs, des motifs aux couleurs tendres et joyeuses, mais rien qui fasse vraiment masculin. N’ayant pas vraiment besoin d’un grand carré de tissu et ayant le souvenir d’avoir vu cette idée de recyclage de torchon sur un blog, j’ai décidé de partir à la quête du joli torchon sobre mais pas trop triste non plus … les dimensions du torchon sont parfaites pour ça (50*70), il suffit juste de  le plier en deux et de coudre les côtés (sur l’envers). Les finitions visibles du haut du sac étant déjà faites, il n’y a aucun ourlet à faire, il suffit juste ensuite de dénicher une chouette ceinture.

C’est là où ça s’est gâté pour moi et où je préfère vous prévenir : essayez d’utiliser une ceinture à l’épaisseur maxi de 1,5 mm, ce sera beaucoup plus simple à coudre. Ce n’est pas la première fois que je couds du cuir, j’ai réussi à superposer sans soucis deux ou trois épaisseurs de différents cuirs mais là, j’ai eu du mal à trouver la bonne tension du fil, le bon point pour éviter que le fil ne saute constamment ou pire casser les aiguilles (3 aiguilles cassées aujourd’hui!!!) . Je ne vous montrerai donc que rapidement les petites coutures de finitions, je les aurais aimées beaucoup plus jolies et précises, mais n’ayant rien d’autre sous la main et n’ayant pas vraiment trouvé d’autres ceintures à petits prix en magasins ou hier en vide grenier, j’ai tenté l’expérience avec ce que j’avais (3mm d’épaisseur) (et puis, rappelons le, le but est de recycler ce qu’il y a chez vous, ce qu’on peut vous donner et non d’acheter forcément du neuf … sauf dans le cas du torchon, hein, surtout si comme moi, les vôtres sont un peu tristes,avec certaines vilaines tâches qui ne partent plus ou des empiècements élimés!)

En photos, voilà ce que ça donne :

001-fournitures

ah oui, j’oubliais l’outil indispensable et qui facilite beaucoup la vie pour toi qui a envie aussi de travailler le cuir: le cutter circulaire (le truc en orange) : génial pour couper le cuir, aussi épais soit-il (donc même cette ceinture que j’ai coupé dans la longueur sans soucis …j’ai essayé avec des ciseaux et jamais je n’aurais obtenu de coupe droite et précise sans ce cutter). Pour info, je l’ai payé un peu plus de 5 euros.

Revenons-en aux dimensions : à la base le torchon faisait 50 * 70cm.

Plié en deux et cousu, le totebag fera 34 * 43 cm de haut (j’ai décidé de le raccourcir un peu et j’ai donc coupé le fond du sac et refait une couture, toujours sur l’envers)

Choisissez ensuite une ceinture suffisamment grande et large pour avoir deux bandes de cuir de 70 cm longueur sur 1,5 à 2 cm de large.

002-ceinture

Positionnez les sangles en les centrant sur la largeur du sac afin d ‘avoir un écartement de 15 cm au milieu.

003-anses

Coudre les anses sur chaque côté, en les positionnant à 3 cm de hauteur et en cousant un rectangle et ses diagonales sur environ 2 cm de haut.

005-details-anses

Et voilà, c’est terminé et prêt pour emmener vos indispensables de la journée!

004-finit

006-sac-porté

DIY : une pochette en bandoulière pour mon polaroid SX

19 Mai

Nouvel article qui permet aussi d’inaugurer la rubrique photographie … bah oui, je l’ai prévue à la création du blog et je n’y ai encore rien posté. Ceux qui me connaissent s’attendaient peut-être à y lire assez vite des articles et surtout des photos n rapport avec le polaroid, l’argentique, le moyen format voire même le collodion … ce n’est pas prévu pour tout suite, la raison est simple, je ne fais quasi plus de photos et encore moins de polas (malgré la qualité certaine des derniers films produits par Impossible et malgré mon stock encore conséquent de films de la firme Polaroid).

Alors contournons la chose photographique au premier degré avec un article et un petit atelier couture qui va peut-être me permettre de shooter plus de polaroids ! Quoi de mieux qu’une jolie pochette faite maison et personnalisée pour accessoiriser la tenue du jour (hm, pour cela va falloir que je couse une quinzaine de pochettes alors)…

Concrètement, ce qu’il vous faut : un morceau de cuir et une machine à coudre (ou bien un petit outil appelé griffe à frapper qui sert à percer des trous dans le cuir et permet ensuite de coudre les pièces à la main). Le petit tuto comporte aussi deux options histoire de rendre la pochette bien plus pratique et pour ça il vous faudra quelques petits accessoires : un morceau de tissu (pour l’option 1) et des anneaux en métal, une boucle coulissante (récupérés éventuellement sur un ancien sac), des rivets, une pince à emporte pièces, un bouton aimanté, de la sangle, un bouton déco, et de la colle (pour l’option bandoulière).

Mais certains vont penser : une pochette en cuir ? c’est le luxe, ça doit coûter un bras !! pas du tout, on trouve des chutes de cuir dans les tanneries ou encore dans les vides greniers de créateurs (quelques petits euros la chute de cuir ici). Bon et puis, vous pouvez aussi utiliser une toile épaisse pour un autre rendu.

01-CHUTE

1 : Découper deux rectangles pour la forme de la sacoche

– rectangle A : 31,5 cm * 13 cm
– rectangle B : 23 cm * 20 cm (le rectangle sur la photo de droite ci-dessous où on va découper aux angles deux carrés de 3,5 cm de côté

02-COUPES

2 : Coudre endroit sur endroit sur le trait de pointillé les angles sur le rectangle B (désolée, je n’ai pas photographié ces phases au fur et à mesure de la cousette, du coup, voilà un schéma à la main).

On se retrouve donc avec la forme du rectangle B, photo de droite ci-dessous.

Une fois les angles cousus sur B, on coud toujours endroit sur endroit, B et A ensemble (les pointillés représentant les coutures sont à environ 1 cm du bord et sont compris dans les dimensions de coupes précisées en début d’article)03-COUTURES02 N’essayez pas d’épingler le cuir ensemble c’est bien trop chiant ; le mieux est de bâtir avec des agrafes. Le cuir se coud assez facilement avec une machine à coudre classique, changez juste l’épaisseur de l’aiguille. 03-COUTURES01

3 : Couper les petits angles afin de faciliter plus tard le retournement de la pochette et sa bonne tenue 04-COUTURES-ET-COINS-COUPES

4 : Option 1 : Couture d’une petite pochette en tissu qui sera collée à l’intérieur de la pochette.

Couper une bande de tissu vertical 10 cm * 23 cm.
La plier en deux endroit sur endroit et coudre le long des bords, surfiler l’ouverture intérieure ainsi que le petit rabat qui sera collé avec le dos de la pochette à l’intérieur de la sacoche de cuir (avec de la colle Néoprène). 05-COUTURES-POCHETTE-INT 06-POCHETTE-INT-+-films

5 : On peut désormais retourner la pochette et si on le souhaite, arrondir les angles du rabat comme je l’ai fait ici. 07-BORDS-RONDS-ET-AIMANTS

6 : Pose du petit bouton de fermeture aimantée (un bouton pression peut convenir aussi).

Le système de bouton pression se compose de 4 petites pièces, le seul outil nécessaire pour sa pose est un cutter. Pour les mesures, j’ai centré le bouton à l’horizontal et posé celui sur le rabat à 2,5cm de son bord et l’autre bouton à 5,5cm du haut de la pochette intérieure. Je vous conseille de prendre vos mesures avec le polaroid SX dans la pochette. 08-AIMANTS

7 : Option 2 La bandoulière (ça c’est si tu veux te ballader juste avec le SX sans avoir à le ballader dans un autre sac) 09-PINCE-A-RIVETS Il faudra pour ça un peu de matériel : 4 rivets, une pince à emporte pièces (voyez son prix encore dessus : 3,60€ chez un quincailler vendeur de merdasses en marchés), un marteau, deux anneaux en métal pour passer la sangle. Si vous souhaitez une sangle ajustable : 1,40m de sangle et une boucle ajustable.

Si vous préférez une sangle fixe, mesurez vous même la longueur selon votre souhait (1,2m devrait suffire). N’ayant pas assez de cuir pour faire la sangle, j’ai choisi une sangle en tissu un peu épais de 2,5 cm de largeur de couleur beige. Le polaroid pesant son petit poids et ayant l’expérience des épaules qui souffrent vite, plus la sangle sera épaisse plus le port sera confortable. Mais hormis la sangle, d’autres solutions peuvent être choisies : une ou plusieurs ceintures attachées ensemble, une ancienne sangle récupérée sur un sac ou d’autres types de cordelettes en cuir tressé qu’on trouve dans les merceries.

Dans un premier temps, il vous faudra découper de deux fines bandes de cuir : 1,5cm * 13,5cm de longueur.

8 : Perforation des trous (avec la pince à emporte pièces) et pose des rivets

10-POSE-DES-RIVETS

On perfore la pochette à 1,5cm et 3,5cm du bord de chaque côté. Voir au dessus la photo de la pochette en tissu collée avec les polas, j’y avais déjà fait les trous (bah oui, j’ai eu l’idée de la pochette intérieure un peu plus tard…).
On refait les mêmes trous avec les mêmes intervalles de distance sur les deux bandes de cuir découpées. On pose enfin les rivets de chaque côté en n’oubliant pas d’enfermer dans la boucle les anneaux de métal.
Attention, si vous choisissez comme moi de mettre deux anneaux différents, poser l’anneau le plus étroit sur la boucle de gauche et l’anneau le plus large sur la boucle de droite, c’est sur celui-ci que glissera la sangle ajustable.

9 : Découper un petit morceau de cuir de 8 cm de longueur totale et en sa partie la plus fine de 1,5cm de largeur (reproduisez à peu près le dessin ci-dessous)

11-SANGLES-01

10 : Fixation et couture de l’extrémité fixe de la sangle avec le morceau de cuir plié en deux découpé ci-dessus et l’anneau le plus étroit fixé côté gauche de la pochette. 12-DETAILS-SANGLE-1

11 : On procède à la couture de l’autre extrémité de la sangle avec l’autre boucle en n’oubliant pas d’insérer la boucle coulissante.
Pour une idée plus claire, je vous conseille vivement de regarder comment sont faits vos sacs avec anse ajustable ! 13-POSE-SANGLE-REGLABLE

12 : Dernier détail : le dessus du bouton pression est visible sur le rabat et n’est pas très esthétique.
Normalement, il disparait si on le coud dans une doublure, mais ce n’est pas le cas ici, alors j’ai recouvert un bouton du même tissu que la pochette intérieure et je l’ai collé sur le rabat… 14-BOUTON-POIS Résultat final :

imagefocuspochette

14-tryptique-final

(et puis pour le fun, essai d’un gif animé..(un peu pourri j’avoue))sx

Et puis si toi aussi tu rêves d’une pochette en cuir à emmener lors de tes ballades polaroidesques mais que tu n’as ni machine à coudre et que t’as pas trop envie d’acheter des accessoires ni d’aller à la chasse à la chute de cuir de biquette, ya peut-être moyen de passer commande, j’étudierai la question :) (voire même la possibilité de le faire dans d’autres couleurs de cuir)

DIY : avec un sac de « La Poste »

23 Avr

Un petit article pas bien long que j’aurais même pu titrer :  « DIY : avec un sac tout pourri de la poste », car on peut dire qu’il a bien vécu, plein de trous, de raccommodages fait de 3 fils cousus grossièrement !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

sacposte02

Bref, donc que faire du sac de la poste, récupéré par monsieur lors de ses années parisiennes, et qui a atterrit à Lille avec d’autres curiosités ? La machine à coudre enfin apprivoisée (du moins pour les lignes droites et les coutures basiques) et qui me démange régulièrement, j’ai envie de tester et de coudre tout un tas de choses et les possibilités sont dangereusement nombreuses (dangereux pour mon côté obsessionnel des trucs que je teste, que je commence et qui me plaisent bien).

Donc, comme dans les posts précédent, c’est un petit atelier pas bien sophistiqué, assez simple et sur le principe du recyclage avec le test d’un tuto proposé par un autre blog, celui de Suzette et Lucette, qui décrit pas à pas comment réaliser le coussin rectangulaire…
Vous connaissez cet engouement récent pour les triangles, les losanges, et toutes ces chouettes formes dans la déco ?  ben je suis tombée dedans aussi. Ce dernier coussin tout en longueur est le résultat des dernières petites chutes du grand sac en toile de jute de la poste : les deux coussins carrés faits, il ne restait que des petits bouts pas très intéressants ; n’osant pas les jeter, j’ai passé une soirée (voire deux) à découper, mesurer, coudre, assembler et voilà le résultat! Cool pour le nouveau canapé (plus si neuf que ça) qui revit après avoir rangé le coussin en laine plus adéquat pour l’hiver :)

sacposte03

Les deux petits coussins : c’est le sac de La Poste pour un des côtés et l’autre côté étant un tissu en toile de jute de couleur assez assez proche et provenant de chez Ikéa. Pour les dimensions, je me suis également basée sur des coussins made in sweden de 50 cm de côté. Pour que le coussin prenne joliment la forme de la housse, celle ci mesure 47 cm de côté. Quant au coussin en longueur : chutes de tissu du sac de La poste, toile de jute de chez Ikea et tissu en lin gris. Mini budget mais beaucoup de patience :)

sacposte04

sacposte05

Déco : aménagement de l’espace bureau

9 Avr

Après vous avoir fait languir avec quelques ‘détails’ du bureau et surtout vous avoir fait admirer le mur peint à la peinture éco lait+pommes de terre ; voilà quelques photos avec une vue d’ensemble de là où je passe un peu de temps et les quelques éléments de rangement qui l’occupent… éléments chinés et détournés en grande partie !

Le bureau d’abord : trouvé en dépôt-vente à 40€, une petite patine rapide l’a fait passer d’une couleur jaune sombre à ce joli blanc crème naturel. On retrouve beaucoup de ses bureaux, quelquefois appelés bureaux d’instit sur lbc and co, souvent avec la même rangée de tiroirs de chaque côté. Une grande pièce centrale sur le dessus se relève, je n’ai pas encore bien saisi son utilité. Les 4 tiroirs sur le côté sont en fait 3 tiroirs, le premier du bas ayant deux poignées.

bureau

Le meuble accroché au mur est en fait un meuble vintage de salle de bain , on en trouve encore beaucoup aujourd’hui mais souvent d’une couleur bois sombre et vernis ou pire, repeint très vilainement pour lui donner plus de look (?). J’ai eu la chance de le trouver également dans une enseigne de dépôt vente à 5€, il était surtout déjà complètement poncé, inutile de se fatiguer avec lui. Le miroir central qui fait habituellement parti de son décor manquait, mais comme son utilisation a été détournée, ce n’était pas bien gênant… Ah oui, il ne restait qu’un seul bouton, ceux sur la photo viennent cette fois-ci d’une enseigne de déco, Zara Home, et étaient vendus par deux, ils ont coûté genre 7€  les 4 pendant les soldes!

armoire

Pour les accessoires du bureau, c’est à dire tous ces trucs pour ranger des machins utiles, futiles ou déco, j’en viens à vous présenter mon amour pour les anciens pots de verre. Ici, ce ne sont pas des  célèbres bocaux « parfaits » (ils sont tous utilisés dans la cuisine), mais d’après ce que j’ai cru trouver sur leur provenance, sont de fabrication allemande. Trouvés à Emmaüs  j’en ai ramené 6 (ils avaient quasi tous des couvercles différents), celui-ci sert à conserver le petit bazar de scotchs et autre bidules !

bocal

Ah oui, mon autre lubie et un de mes radars lors des ballades en vides-greniers ce sont ces petits pots (de lait, de crème, de thé ? Je n’en sais pas plus), je n’ai trouvé que ces deux là et ils semblent venir de Tchéquie d’après l’inscription et semblent être absents des services classiques en porcelaine que l’on retrouve partout.

pot_crayon

L’hiver étant terminé (du moins sur le calendrier), j’ai enfin rangé mon énoooooooooorme lampe de luminothérapie … et lui ai donnée congés jusqu’à l’hiver prochain. Donc cette lampe, vous vous en doutez aussi est une vieillerie industrielle trouvée en dépôt-vente, décapée par monsieur, elle attend encore une ampoule et un câblage correct !

lampe

Pour finir, un petit coin de verdure qui a élu domicile dans une petite tasse à café ou à thé en porcelaine. Je n’ai pas la main verte, mais celle-ci semble se plaire près de la fenêtre.

plante

Je vous rassure, « normalement », mon vieil ordi portable trône sur le dessus du bureau, mais celui-ci n’étant pas très esthétique (pas autant qu’un bel ordi à pomme), j’ai préféré l’épargner.

Voilà pour l’article tant attendu et des idées de détournements d’objets pour « habiller » votre bureau. J’aimerai pouvoir poster plus souvent, plus de créations ou d’idées, mais le soucis c’est que lorsque je me lance dans un nouveau projet DIY, je fais souvent assez compliqué, donc tout ça prend du temps. J’essaierai de ponctuer donc le blog un peu plus  avec des petits articles comme celui-ci !

(ah oui, et puis, si vous voulez me suivre de façon différente sur facebook, vous pouvez aimer ma nouvelle page et la faire partager :) j’y posterai certains en cours  https://www.facebook.com/MobilSweetHome)

DIY Couture : sacoches de vélo

29 Mar

etape001Qui dit blog dit régularité, créativité, curiosité de ceux/celles qui vous suivent et qui attendent la suite avec impatience ! Conséquence avec ce troisième article : petite pression !! d’autant plus que c’est DIY couture et que franchement ce n’est pas un domaine où je suis (encore?) super à l’aise, mais qui me fait vraiment envie … et le thème de ce fait-maison/fait-main couture va bien avec l’arrivée des beaux-jours, du printemps et de l’envie de couleurs pour mettre fin à cette morosité de cet hiver sans fin ! Je précise tout de suite que c’est accessible aux débutants. Donc si j’y suis arrivée, tout le monde peut le faire en suivant pas à pas les indications (d’ailleurs certaines indications pour ceux et celles qui maîtrisent a machine à coudre vous paraîtront peut-être superficielles, mais ça permet vraiment d’y aller pas à pas).

Donc pourquoi  avoir envie de coudre ses propres sacoches à vélo : j’en ai déjà une paire, très jolies, achetées il y a au moins 5 ans, qui ont tenues hivers comme étés, dehors sur le vélo, à balader des courses, du butin shopping ou autre contenant assez lourd par moments! Seulement j’avais payé le prix, 50 euros environ, chez Kitsch Kitchen … j’adore leurs motifs vintage, colorés et fleuris, qui allaient (vont toujours) parfaitement avec le vélo hollandais ramené d’Amsterdam ! Sauf que ces sacoches commencent à dater, et à me lasser …les mêmes modèles, avec des améliorations depuis ( renforcements pour les rendre plus rigides) coûtent toujours aussi chers, et ne semblent pas être si sophistiquées pour ne pas être faites maison, en version simplifiée ! après tout, il ne faut pas énormément de fournitures :

Sans titre-1 copie

En détail : – 2m de toile cirée en largeur 1,40m : 1m pour l’intérieur, 1m pour l’extérieur (2m de la même toile ou comme ici 2 toiles différentes d’1m chacune )
9 à 10 m de ruban de largeur de 3cm voire 4 cm dans l’idéal …
– 4 attaches clipsables (comme sur les cartables ou certains sacs à dos)
– ce que j’ai oublié sur la photo : du ruban scratch environ 30 cm pour fixer les sangles aux roues
60 cm de sangles plus épaisses OU 40 cm de scratch supplémentaire

ETAPE 1 :: Reproduire sur les toiles cirées les différentes pièces et les découper ETAPE 1 Commençons par couper les différentes pièces des sacoches avec les mesures que vous pouvez adapter (moins larges, moins hautes, faites quelques mesures sur votre vélo auparavant) .

Sur la photo ci-dessus un petit schéma pour découper et « optimiser » la surface de toile cirée et caser toutes les pièces dans 1m sur 1,40m. Vous pouvez faire tout de la même couleur, intérieur comme extérieur (dans ce cas, achetez 2m² de la même toile), ou variez comme vous le souhaitez.

Pour ma part, 2 toiles différentes, donc 1m² de chaque. On note que toute la structure du dessous (A) et celle du dessus (D) est en un seul tenant. On ne les reproduit qu’une seule fois, contrairement aux fonds des sacoches (B) et aux faces (C) qu’on découpe en double.

Pour chaque pièce, ajouter 1cm pour les coutures de chaque côté, soit 2cm en tout par pièce. Et donc on reproduit toutes ces pièces deux fois pour l’intérieur et l’extérieur des sacoches.

NB : pour celles qui utilisent de la toile cirée style nappe de carreaux, comme ici, je vous recommande vivement de remplacer les cm par un équivalent en « petits carreaux », ce sera beaucoup plus simple pour tracer les lignes, les angles droits ainsi que pour les découpes !

ETAPE 2 : Coudre ensemble l’intérieur et l’extérieur de chaque pièce

On va coudre ensemble toutes les pièces recto et verso, envers contre envers. Là encore, si vous avez choisi des petits carreaux, coudre sur cette face, c’est beaucoup plus simple ! Autre astuce, agrafer tout du long les pièces au plus près du bord de coupe pour faciliter la couture des deux toiles.

Ensuite, lorsque la couture est terminée, couper les deux toiles cousues entre elles, dans la marge  à environ 2 ou 3 mm de la couture (du coup, la partie agrafée est ainsi découpée). ETAPE-2

Entre nous, je me dis « ouf, heureusement que j’ai pris des photos, car moi qui n’ai JAMAIS rédigé de mode d’emploi, de méthode, j’ai peur de ne pas toujours être très claire !!)

ETAPE 3 :: Entourer la pièce D du ruban

Avant de coudre les différentes attaches, on va coudre autour de la pièce D le ruban (l’unique pièce « indépendante » que l’on peut entourer seule de ruban avant l’assemblage … vous comprendrez plus tard). Pour cela, j’ai repassé dans le sens de la longueur environ 164 cm de ruban afin de faciliter la couture.

ETAPE-3

ETAPE 4 :: Coudre des fixations et autres attaches

A ce stade, le mieux est de s’atteler à coudre toutes les attaches qui vont permettre de fermer les sacoches et de les attacher au vélo, c’est beaucoup plus simple lorsque les pièces ne sont pas encore assemblées entre elles.

A :: Couture des sangles clipsables sur la pièce D (2 pour chaque rabat, soit 4 en tout)

– couper 14 cm de ruban – replier le haut avec 3 épaisseurs de 2cm environ et les coudre en fermant le ruban par une boucle
– les coudre ensuite sur le rabat des sacoches en partant de 8 cm et 5 cm des bords
– faire la même chose pour les 4 sangles

etape-4AB :: Coudre les sangles clipsables sur les faces des sacoches, pièces C (celles qui vont avec les sangles vient de coudre, donc également 4 en tout)

– couper 15 cm de ruban
– former une bouche sur le haut avec 3 épaisseurs de 2cm environ et coudre ensemble ces épaisseurs
– Faire la même chose à l’autre bout du ruban avec 3 épaisseurs de 0,5 cm environ afin d’éviter que l’attache ne tombe.
– les coudre sur la face des sacoches en partant de 8 cm et 15 cm des bords à chaque extrémité
– faire la même chose pour les 4 sangles

etape-4B

C :: Assemblage du ruban scratch sur l’extérieur du dos, pièce A  à chaque extrémité, ce qui va servir à fixer les deux sacoches sur les roues

– couper 12 cm de scratch
– endroit contre envers, les coudre ensemble sur une largeur de 2,5 /3 cm environ
– les coudre sur la face extérieure des sacoches en le positionnant au milieu de la largeur et à environ 6 cm du bord
– répéter les mêmes 3 étapes ci-dessus pour l’autre extrémité de la pièce A

ETAPE-4-C

D :: Couture des sangles sur la partie centrale de la longueur de la pièce A

– couper 20 à 30 cm de sangle
– former une boucle afin d’y insérer le petit anneau rectangulaire en plastique
– refermer la boucle et coudre sur une double épaisseur la sangle sur environ 5 cm
– coudre enfin ces mêmes 5 cm sur l’extérieur de la face A à environ 8 cm du bord
– reproduire la même chose à l’autre extrémité

ETAPE-4-D

Autre possibilité pour fixer le système de sacoches sur le vélo : utilisez du scratch et non des sangles. Perso, j’ai préféré coudre des sangles, car je laisse les sacoches sur le vélo, je ne les enlève jamais. Si on souhaite enlever et remettre ses sacoches quotidiennement, les scratchs seront certainement plus simple d’utilisation.

ETAPE 5 :: l’assemblage des différentes pièces

On commence l’assemblage … aïe aïe, ça se complique ? pas trop si l’on coud doucement comme moi. Les multiples épaisseurs ne facilitent pas la couture, mais il ne faut pas éviter à tordre et plier les sacoches.

A :: Assemblage B + C

On coud dans un premier temps en s’aidant d’épingles (et on revérifie par la même occasion que les dimensions sont exactes et qu’on tombe bien sur les angles).

ETAPE-5-A

B :: Couture du ruban autour des pièces B + C assemblées

On coud  en une fois le ruban sur les 2 côtés ainsi que le bas.  Puis, on coud en une deuxième fois le ruban sur le haut de la pièce C

ETAPE-5-B

On reproduit la même chose pour l’autre sacoche

C :: Assemblage (B + C) qu’on vient de coudre avec la pièce A

Après la couture et dans un deuxième temps seulement, on entoure avec le ruban toute la pièce A avec la pièce B déjà assemblée à la pièce C (je n’ai pas pris de photos!! désolée). On reproduit la même chose pour l’autre sacoche

ETAPE-5-C

J’espère que chez vous, ça commence à prendre forme.

Vous vous imaginez déjà sur votre vélo, cheveux au vent, revenant du marché, la botte de carottes dépassant négligemment d’une sacoche … (le style Perrette et le pot de bridélice, mais en plus classe, ton panier c’est pas toi qui l’a fait toute seule pétasse, alors que moi mes sacoches c’est du DIY! )

D :: Assemblage final : tout ce qu’on vient de coudre avec la pièce D.

Je conviens que ce n’est pas très aisé, on doit plier et tordre les sacoches qui nous gênent.
– sur la face de la pièce D où on a cousu les attaches, on marque des repères à 2,5 cm
– on les reproduit sur la pièce A en prenant soin de tomber juste et d’être centré
– on épingle et on coud un rectangle de 11 cm de largeur environ en assemblant le tout.

ETAPE-5-D

Normalement, si vous avez réussi à déchiffrer mes explications, les sacoches sont terminées! Comme ma dernière  couture ne me satisfaisait pas et n’était pas très droite à cause de toutes les pièces assemblées qui me gênaient et comme il me restait du ruban, j’ai cousu deux bandes de ruban sur les horizontales, ça finit l’habillage des sacoches !

etape-6

Une dernière petite chose : pour rigidifier le fond des sacoches et en fonction de l’épaisseur de votre toile cirée, vous pouvez déposer dans le fond de chaque sacoche, une petite planchette en bois, en pvc souple ou autre (dimensions 10 * 33 cm)

Bon, je suis dans la totale incapacité de vous dire combien de temps prend la fabrication de ces sacoches … ça fait 15 jours que des bouts de toile cirée traînent dans le salon … j’ai « bricolé » ça dernièrement, 1h par jour, 3 fois par semaine… mais le temps de décortiquer le patron, assembler avec le ruban pour ne pas faire un truc trop crado ou trop amateur, ça prend du temps … mais si vous suivez le tuto et que vous avez à peu près tout à disposition, une aprem devrait suffire !

Evidemment, vous pouvez agrémenter l’intérieur d’une ou de plusieurs pochettes, de fermer les sacoches par d’autres systèmes, d’ajouter une poignée sur le haut pour en faire une sorte de cartable qu’on ballade pour ne pas se les faire voler sur le vélo… bref, moi je me suis arrêtée là pour cette fois, j’ai toujours mes sacoches attachées au vélo, mais les sangles sont multinouées, des rata-noeuds qui dissuadent les voleurs de s’y attaquer !

etape-finBUDGET – Coût total : 
– 2m de toile cirée : 3 * 2 € le mètre sur le marché = 6 €
– 9m (voire 10 pour plus de sûreté) de ruban de largeur de 3cm voire 4 cm dans l’idéal… c’est quasi le poste le plus cher : 9 € (1 euro le m), j’ai fouillé dans l’étalage d’un vendeur de mercerie au marché et j’ai pris un ruban/du biais rouge
– de la sangle : 2,8 € pour 5m (brico-dépôt)
– 4 attaches : on en trouve à tous les prix, chez castorama près de 4 euros la paire, ouille, ça fait mal ! sur le net, on en trouve pour moins cher… par chance, je me suis souvenue qu’un vieux sac de camping attendait qu’on le ramène à la déchetterie avec d’autres bricoles et surprise, il avait 4 attaches à la largeur parfaite!
– du ruban scratch : 1€ le m (chez Toto)

environ 20 € au total !

(photos Benoit Grellet et Catherine Boks – dessin Sophie Vanneste)

DIY : peinture maison

13 Fév

Et hop, voici le premier article qui inaugure le blog ET la catégorie « déco & bricolage »!

Entendons-nous, je suis assez fortiche pour ce que j’appelle le bricolage, mais dans mon sens, c’est « l’à peu près », l’approximatif, pas toujours le plus précis malheureusement. Je bricole en cuisine, en couture (encore trop grande débutante), en tricot (idem que la couture), et en déco ! Il faut souvent qu’on me booste quand je perds la patience et que je cale devant la ponceuse qui ne ponce plus, ou devant un vieux clou tout pourri et tout rouillé que je n’arrive pas à déloger ! Mais je fais, je bricole et j’aime plutôt ça (surtout quand j’arrive au bout) …d’où cette rubrique !

Donc le premier article concerne la peinture maison que je viens de tester !

Je vous plante le décor et le contexte : fin de l’an dernier, la petite maison dont je suis propriétaire a subit des travaux (tout n’est pas encore terminé, on recommence et on finit ce printemps). Qui dit travaux dit poussières, bordel, impatience et crises de nerfs > le mauvais côté ! MAIS le bon côté, c’est évidemment une maison plus saine, une isolation faite (avec des produits sains) et la phase la plus chouette : la déco ! La maison n’est pas très grande, et on vient de refaire deux pièces (sur les 3,5 de la maison qui est un triplex) : le rdc qui est une salle à manger/bureau de l’homme (qui a tout fait dans ces travaux) et le premier qui est un salon et mon bureau.

Après pose des placos et enduits, ponçage, re-enduits and co, on a enfin pu peindre, reposer les meubles et poser quelques touches de déco !

Concernant la peinture, on n’a pas fait bien compliqué, la maison étant au nord, elle est peu lumineuse donc tout est blanc mat (salissant malheureusement) ! J’ai réinstallé mon petit coin bureau au premier, mais depuis peu, j’ai envie d’autre chose, de le faire ressortir et j’ai envie d’un coin « coloré » sur un petit pan de mur de 1m de large !

Donc enfin on en vient à cette histoire de peinture maison : Effrayée comme souvent par un reportage télé (naïve que je suis) il y a quelques temps sur les cochonneries dans les produits industriels de bricolage, je me suis souvenue avoir un jour entendue parler de la peinture naturelle ! Allons-y, DIY, et en plus de l’argument « maison saine », celui du coût est aussi intéressant : lait + patates + blanc de meudon + farine + pigment naturel, estimation environ 12 euros !

La recette, je l’ai empruntée sur le site d’esprit cabane et adaptée pour un rendu moins plat (le mélange pomme de terre + lait et blanc de meudon donne un aspect très mat, qu’il vaut mieux éviter d’utiliser avec un gros rouleau).

En photos et pas à pas, ça donne ça :

newtest1

La recette précise de filtrer, j’avais un chinois de prêt, mais le mélange étant bien homogène et souhaitant du relief j’ai fait le choix de ne pas filtrer le tout.

newtest2

J’ai tout peint au gros pinceau pour donner du relief au mur. La surface n’étant pas bien large, c’était plus facile et plus agréable qu’un rouleau.

newtest3

J’ai peint 2 couches le premier jour, et le lendemain, pour un rendu plus nuancé, j’ai ajouté 2 petites cuillères de pigments dans la peinture qu’il restait (j’ai dû utiliser en tout 100g de pigments). Et à la fin de la 3ème et dernière couche, ça donne ça :

newtest4

newtest5

Conclusion : je suis super contente de l’apparence, du rendu du gros pinceau, du coût et de la facilité d’application! Dans le temps, je n’ai pas idée de la tenue, mais ça ne donne pas l’impression d’être une peinture cheap (j’ai testé la pose de scotch décoratif ou autre masking tape, et la peinture ne se barre pas quand on enlève le scotch). Ensuite, quant aux nuances et aux différentes teintes possibles, je voulais un joli gris, je l’ai eu avec un seul pigment, c’était pas bien compliqué ; mais si j’avais voulu une teinte particulière parmi un nuancier de plusieurs dizaines de couleur comme dans les GSB, j’aurais peut-être eu plus de mal à la fabriquer, mais là n’est pas trop la priorité quand on cherche à faire sain et économique !

Enfin, remarque utile : surtout, ne faites pas comme moi, c’est à dire oublier le pot de peinture à la maison et le vider au bout de 5 jours !! L’odeur est nau-sé-a-bonde (le lait avait tourné). Gardez votre peinture au frais ou au frigo et utilisez là dans les 3 jours. Je vous rassure, il n’y a aucune odeur quand la peinture est sèche, à peine une odeur de purée au moment de la pause (mais bien moins désagréable que celles des solvants des peintures industrielles)

newtest6

Et hop, le bureau remis à sa place (le bureau en vrai est beaucoup plus chargé, là j’ai mis 3 bricoles pour la photo :), mais le bureau et ses petits accessoires déco recyclés ou détournés feront l’objet d’un prochain post ;)

%d blogueurs aiment cette page :