Archive | Photographie RSS feed for this section

L’art du geste, celui de tapisser

22 Juil

Je ne suis vraiment vraiment pas régulière ces derniers temps… la faute à la chaleur, aux vacances, au manque d’inspiration ? rien de tout cela. Plutôt la faute aux questionnements existentiels…mais je vous rassure, ceux-ci sont en phase de résolution et de soulagement.

Aujourd’hui, un article sur un métier, un art, des gestes, un savoir-faire et des techniques auxquels j’ai pu m’essayer avec envie et grands questionnements il y a peu. Tapisser ça veut dire quoi ? ça veut dire (entre autres) redonner vie au voltaire de papi, au bridge de la cousine, ou à la chaise toute triste et élimée trouvée sur le trottoir. C’est aussi l’héritage de tata Yvonne qu’on avait mis au grenier, et auquel on ne trouvait aucun intérêt mais voilà que maintenant qu’on est installé, qu’on se sent adulte et qu’on se plait à changer ses petits meubles d’étudiants ikéa par du plus durable, on aimerait bien voir ce fauteuil à côté du coin lecture et des photos de famille.

Tapisser ça s’accompagne aussi d’un tas de verbes : dégarnir, mettre en crin, poser des ressorts, emballer, coudre, appointer, couvrir, tendre, habiller, etc. etc. Ceux-ci font plus ou moins mal aux doigts (ouille!), aux articulations(aïe), aux dos (mince), aux jeans (pas grave, ça fait grunge) ou à la tête (quand tu sniffes un peu trop de résine sous des températures follement estivales). Mais au delà de ces bobos et du fait que comme dans beaucoup de métiers d’arts, d’artisanat tu ne rouleras jamais en voiture blingbling et tu ne compteras pas tes heures (et encore moins ton taux horaire), c’est une passion, qui s’accompagne d’un apprentissage de savoirs et de techniques, de connaissances et de compétences et qui apporte beaucoup : des sourires des propriétaires qui n’en reviennent pas de la résurrection de leur fauteuil  aux satisfactions personnelles aussi d’être venues à bout d’un « chantier » compliqué et d’avoir apporté confort et nouvelle vie à ces Histoires de sièges.

Bref, passons les écrits et écoutons ces jolis sons de marteaux, de crin qui vit quand on pose son oreille sur le dossier juste terminé, voire même du son moins poétique de l’agrafeuse qui a permis quelques évolutions du métier et surtout de pouvoir travailler plus vite. Ces sons (pour celui qui n’entendra pas le bruit du marteau) sont accompagnés de quelques petits clichés de la réfection complète d’un bridge : du dégarnissage au re-garnissage en technique traditionnelle, avec les ressorts, le crin, les semences, la totale en gros avant l’habillage avec du tissu et passepoil diy (avec la machine à coudre de professionnel qui fait peur tellement elle va trop vite).

MOSAIQUE

Et au bout de nombreuses heures, le résultat :

avant_apres

Merci Manue pour ton accueil au Sofa Bleu et l’expression de ta passion (c’est pas grave si c’est contagieux hein) ! Et pour finir, quelques photos faites au sein de l’atelier (polaroid 600SE + scans de négatifs films fujifilm noir et blanc 3000)

pola02

pola01

pola03

Publicités

DIY : une pochette en bandoulière pour mon polaroid SX

19 Mai

Nouvel article qui permet aussi d’inaugurer la rubrique photographie … bah oui, je l’ai prévue à la création du blog et je n’y ai encore rien posté. Ceux qui me connaissent s’attendaient peut-être à y lire assez vite des articles et surtout des photos n rapport avec le polaroid, l’argentique, le moyen format voire même le collodion … ce n’est pas prévu pour tout suite, la raison est simple, je ne fais quasi plus de photos et encore moins de polas (malgré la qualité certaine des derniers films produits par Impossible et malgré mon stock encore conséquent de films de la firme Polaroid).

Alors contournons la chose photographique au premier degré avec un article et un petit atelier couture qui va peut-être me permettre de shooter plus de polaroids ! Quoi de mieux qu’une jolie pochette faite maison et personnalisée pour accessoiriser la tenue du jour (hm, pour cela va falloir que je couse une quinzaine de pochettes alors)…

Concrètement, ce qu’il vous faut : un morceau de cuir et une machine à coudre (ou bien un petit outil appelé griffe à frapper qui sert à percer des trous dans le cuir et permet ensuite de coudre les pièces à la main). Le petit tuto comporte aussi deux options histoire de rendre la pochette bien plus pratique et pour ça il vous faudra quelques petits accessoires : un morceau de tissu (pour l’option 1) et des anneaux en métal, une boucle coulissante (récupérés éventuellement sur un ancien sac), des rivets, une pince à emporte pièces, un bouton aimanté, de la sangle, un bouton déco, et de la colle (pour l’option bandoulière).

Mais certains vont penser : une pochette en cuir ? c’est le luxe, ça doit coûter un bras !! pas du tout, on trouve des chutes de cuir dans les tanneries ou encore dans les vides greniers de créateurs (quelques petits euros la chute de cuir ici). Bon et puis, vous pouvez aussi utiliser une toile épaisse pour un autre rendu.

01-CHUTE

1 : Découper deux rectangles pour la forme de la sacoche

– rectangle A : 31,5 cm * 13 cm
– rectangle B : 23 cm * 20 cm (le rectangle sur la photo de droite ci-dessous où on va découper aux angles deux carrés de 3,5 cm de côté

02-COUPES

2 : Coudre endroit sur endroit sur le trait de pointillé les angles sur le rectangle B (désolée, je n’ai pas photographié ces phases au fur et à mesure de la cousette, du coup, voilà un schéma à la main).

On se retrouve donc avec la forme du rectangle B, photo de droite ci-dessous.

Une fois les angles cousus sur B, on coud toujours endroit sur endroit, B et A ensemble (les pointillés représentant les coutures sont à environ 1 cm du bord et sont compris dans les dimensions de coupes précisées en début d’article)03-COUTURES02 N’essayez pas d’épingler le cuir ensemble c’est bien trop chiant ; le mieux est de bâtir avec des agrafes. Le cuir se coud assez facilement avec une machine à coudre classique, changez juste l’épaisseur de l’aiguille. 03-COUTURES01

3 : Couper les petits angles afin de faciliter plus tard le retournement de la pochette et sa bonne tenue 04-COUTURES-ET-COINS-COUPES

4 : Option 1 : Couture d’une petite pochette en tissu qui sera collée à l’intérieur de la pochette.

Couper une bande de tissu vertical 10 cm * 23 cm.
La plier en deux endroit sur endroit et coudre le long des bords, surfiler l’ouverture intérieure ainsi que le petit rabat qui sera collé avec le dos de la pochette à l’intérieur de la sacoche de cuir (avec de la colle Néoprène). 05-COUTURES-POCHETTE-INT 06-POCHETTE-INT-+-films

5 : On peut désormais retourner la pochette et si on le souhaite, arrondir les angles du rabat comme je l’ai fait ici. 07-BORDS-RONDS-ET-AIMANTS

6 : Pose du petit bouton de fermeture aimantée (un bouton pression peut convenir aussi).

Le système de bouton pression se compose de 4 petites pièces, le seul outil nécessaire pour sa pose est un cutter. Pour les mesures, j’ai centré le bouton à l’horizontal et posé celui sur le rabat à 2,5cm de son bord et l’autre bouton à 5,5cm du haut de la pochette intérieure. Je vous conseille de prendre vos mesures avec le polaroid SX dans la pochette. 08-AIMANTS

7 : Option 2 La bandoulière (ça c’est si tu veux te ballader juste avec le SX sans avoir à le ballader dans un autre sac) 09-PINCE-A-RIVETS Il faudra pour ça un peu de matériel : 4 rivets, une pince à emporte pièces (voyez son prix encore dessus : 3,60€ chez un quincailler vendeur de merdasses en marchés), un marteau, deux anneaux en métal pour passer la sangle. Si vous souhaitez une sangle ajustable : 1,40m de sangle et une boucle ajustable.

Si vous préférez une sangle fixe, mesurez vous même la longueur selon votre souhait (1,2m devrait suffire). N’ayant pas assez de cuir pour faire la sangle, j’ai choisi une sangle en tissu un peu épais de 2,5 cm de largeur de couleur beige. Le polaroid pesant son petit poids et ayant l’expérience des épaules qui souffrent vite, plus la sangle sera épaisse plus le port sera confortable. Mais hormis la sangle, d’autres solutions peuvent être choisies : une ou plusieurs ceintures attachées ensemble, une ancienne sangle récupérée sur un sac ou d’autres types de cordelettes en cuir tressé qu’on trouve dans les merceries.

Dans un premier temps, il vous faudra découper de deux fines bandes de cuir : 1,5cm * 13,5cm de longueur.

8 : Perforation des trous (avec la pince à emporte pièces) et pose des rivets

10-POSE-DES-RIVETS

On perfore la pochette à 1,5cm et 3,5cm du bord de chaque côté. Voir au dessus la photo de la pochette en tissu collée avec les polas, j’y avais déjà fait les trous (bah oui, j’ai eu l’idée de la pochette intérieure un peu plus tard…).
On refait les mêmes trous avec les mêmes intervalles de distance sur les deux bandes de cuir découpées. On pose enfin les rivets de chaque côté en n’oubliant pas d’enfermer dans la boucle les anneaux de métal.
Attention, si vous choisissez comme moi de mettre deux anneaux différents, poser l’anneau le plus étroit sur la boucle de gauche et l’anneau le plus large sur la boucle de droite, c’est sur celui-ci que glissera la sangle ajustable.

9 : Découper un petit morceau de cuir de 8 cm de longueur totale et en sa partie la plus fine de 1,5cm de largeur (reproduisez à peu près le dessin ci-dessous)

11-SANGLES-01

10 : Fixation et couture de l’extrémité fixe de la sangle avec le morceau de cuir plié en deux découpé ci-dessus et l’anneau le plus étroit fixé côté gauche de la pochette. 12-DETAILS-SANGLE-1

11 : On procède à la couture de l’autre extrémité de la sangle avec l’autre boucle en n’oubliant pas d’insérer la boucle coulissante.
Pour une idée plus claire, je vous conseille vivement de regarder comment sont faits vos sacs avec anse ajustable ! 13-POSE-SANGLE-REGLABLE

12 : Dernier détail : le dessus du bouton pression est visible sur le rabat et n’est pas très esthétique.
Normalement, il disparait si on le coud dans une doublure, mais ce n’est pas le cas ici, alors j’ai recouvert un bouton du même tissu que la pochette intérieure et je l’ai collé sur le rabat… 14-BOUTON-POIS Résultat final :

imagefocuspochette

14-tryptique-final

(et puis pour le fun, essai d’un gif animé..(un peu pourri j’avoue))sx

Et puis si toi aussi tu rêves d’une pochette en cuir à emmener lors de tes ballades polaroidesques mais que tu n’as ni machine à coudre et que t’as pas trop envie d’acheter des accessoires ni d’aller à la chasse à la chute de cuir de biquette, ya peut-être moyen de passer commande, j’étudierai la question :) (voire même la possibilité de le faire dans d’autres couleurs de cuir)

%d blogueurs aiment cette page :