DIY Couture : sacoches de vélo

29 Mar

etape001Qui dit blog dit régularité, créativité, curiosité de ceux/celles qui vous suivent et qui attendent la suite avec impatience ! Conséquence avec ce troisième article : petite pression !! d’autant plus que c’est DIY couture et que franchement ce n’est pas un domaine où je suis (encore?) super à l’aise, mais qui me fait vraiment envie … et le thème de ce fait-maison/fait-main couture va bien avec l’arrivée des beaux-jours, du printemps et de l’envie de couleurs pour mettre fin à cette morosité de cet hiver sans fin ! Je précise tout de suite que c’est accessible aux débutants. Donc si j’y suis arrivée, tout le monde peut le faire en suivant pas à pas les indications (d’ailleurs certaines indications pour ceux et celles qui maîtrisent a machine à coudre vous paraîtront peut-être superficielles, mais ça permet vraiment d’y aller pas à pas).

Donc pourquoi  avoir envie de coudre ses propres sacoches à vélo : j’en ai déjà une paire, très jolies, achetées il y a au moins 5 ans, qui ont tenues hivers comme étés, dehors sur le vélo, à balader des courses, du butin shopping ou autre contenant assez lourd par moments! Seulement j’avais payé le prix, 50 euros environ, chez Kitsch Kitchen … j’adore leurs motifs vintage, colorés et fleuris, qui allaient (vont toujours) parfaitement avec le vélo hollandais ramené d’Amsterdam ! Sauf que ces sacoches commencent à dater, et à me lasser …les mêmes modèles, avec des améliorations depuis ( renforcements pour les rendre plus rigides) coûtent toujours aussi chers, et ne semblent pas être si sophistiquées pour ne pas être faites maison, en version simplifiée ! après tout, il ne faut pas énormément de fournitures :

Sans titre-1 copie

En détail : – 2m de toile cirée en largeur 1,40m : 1m pour l’intérieur, 1m pour l’extérieur (2m de la même toile ou comme ici 2 toiles différentes d’1m chacune )
9 à 10 m de ruban de largeur de 3cm voire 4 cm dans l’idéal …
– 4 attaches clipsables (comme sur les cartables ou certains sacs à dos)
– ce que j’ai oublié sur la photo : du ruban scratch environ 30 cm pour fixer les sangles aux roues
60 cm de sangles plus épaisses OU 40 cm de scratch supplémentaire

ETAPE 1 :: Reproduire sur les toiles cirées les différentes pièces et les découper ETAPE 1 Commençons par couper les différentes pièces des sacoches avec les mesures que vous pouvez adapter (moins larges, moins hautes, faites quelques mesures sur votre vélo auparavant) .

Sur la photo ci-dessus un petit schéma pour découper et « optimiser » la surface de toile cirée et caser toutes les pièces dans 1m sur 1,40m. Vous pouvez faire tout de la même couleur, intérieur comme extérieur (dans ce cas, achetez 2m² de la même toile), ou variez comme vous le souhaitez.

Pour ma part, 2 toiles différentes, donc 1m² de chaque. On note que toute la structure du dessous (A) et celle du dessus (D) est en un seul tenant. On ne les reproduit qu’une seule fois, contrairement aux fonds des sacoches (B) et aux faces (C) qu’on découpe en double.

Pour chaque pièce, ajouter 1cm pour les coutures de chaque côté, soit 2cm en tout par pièce. Et donc on reproduit toutes ces pièces deux fois pour l’intérieur et l’extérieur des sacoches.

NB : pour celles qui utilisent de la toile cirée style nappe de carreaux, comme ici, je vous recommande vivement de remplacer les cm par un équivalent en « petits carreaux », ce sera beaucoup plus simple pour tracer les lignes, les angles droits ainsi que pour les découpes !

ETAPE 2 : Coudre ensemble l’intérieur et l’extérieur de chaque pièce

On va coudre ensemble toutes les pièces recto et verso, envers contre envers. Là encore, si vous avez choisi des petits carreaux, coudre sur cette face, c’est beaucoup plus simple ! Autre astuce, agrafer tout du long les pièces au plus près du bord de coupe pour faciliter la couture des deux toiles.

Ensuite, lorsque la couture est terminée, couper les deux toiles cousues entre elles, dans la marge  à environ 2 ou 3 mm de la couture (du coup, la partie agrafée est ainsi découpée). ETAPE-2

Entre nous, je me dis « ouf, heureusement que j’ai pris des photos, car moi qui n’ai JAMAIS rédigé de mode d’emploi, de méthode, j’ai peur de ne pas toujours être très claire !!)

ETAPE 3 :: Entourer la pièce D du ruban

Avant de coudre les différentes attaches, on va coudre autour de la pièce D le ruban (l’unique pièce « indépendante » que l’on peut entourer seule de ruban avant l’assemblage … vous comprendrez plus tard). Pour cela, j’ai repassé dans le sens de la longueur environ 164 cm de ruban afin de faciliter la couture.

ETAPE-3

ETAPE 4 :: Coudre des fixations et autres attaches

A ce stade, le mieux est de s’atteler à coudre toutes les attaches qui vont permettre de fermer les sacoches et de les attacher au vélo, c’est beaucoup plus simple lorsque les pièces ne sont pas encore assemblées entre elles.

A :: Couture des sangles clipsables sur la pièce D (2 pour chaque rabat, soit 4 en tout)

– couper 14 cm de ruban – replier le haut avec 3 épaisseurs de 2cm environ et les coudre en fermant le ruban par une boucle
– les coudre ensuite sur le rabat des sacoches en partant de 8 cm et 5 cm des bords
– faire la même chose pour les 4 sangles

etape-4AB :: Coudre les sangles clipsables sur les faces des sacoches, pièces C (celles qui vont avec les sangles vient de coudre, donc également 4 en tout)

– couper 15 cm de ruban
– former une bouche sur le haut avec 3 épaisseurs de 2cm environ et coudre ensemble ces épaisseurs
– Faire la même chose à l’autre bout du ruban avec 3 épaisseurs de 0,5 cm environ afin d’éviter que l’attache ne tombe.
– les coudre sur la face des sacoches en partant de 8 cm et 15 cm des bords à chaque extrémité
– faire la même chose pour les 4 sangles

etape-4B

C :: Assemblage du ruban scratch sur l’extérieur du dos, pièce A  à chaque extrémité, ce qui va servir à fixer les deux sacoches sur les roues

– couper 12 cm de scratch
– endroit contre envers, les coudre ensemble sur une largeur de 2,5 /3 cm environ
– les coudre sur la face extérieure des sacoches en le positionnant au milieu de la largeur et à environ 6 cm du bord
– répéter les mêmes 3 étapes ci-dessus pour l’autre extrémité de la pièce A

ETAPE-4-C

D :: Couture des sangles sur la partie centrale de la longueur de la pièce A

– couper 20 à 30 cm de sangle
– former une boucle afin d’y insérer le petit anneau rectangulaire en plastique
– refermer la boucle et coudre sur une double épaisseur la sangle sur environ 5 cm
– coudre enfin ces mêmes 5 cm sur l’extérieur de la face A à environ 8 cm du bord
– reproduire la même chose à l’autre extrémité

ETAPE-4-D

Autre possibilité pour fixer le système de sacoches sur le vélo : utilisez du scratch et non des sangles. Perso, j’ai préféré coudre des sangles, car je laisse les sacoches sur le vélo, je ne les enlève jamais. Si on souhaite enlever et remettre ses sacoches quotidiennement, les scratchs seront certainement plus simple d’utilisation.

ETAPE 5 :: l’assemblage des différentes pièces

On commence l’assemblage … aïe aïe, ça se complique ? pas trop si l’on coud doucement comme moi. Les multiples épaisseurs ne facilitent pas la couture, mais il ne faut pas éviter à tordre et plier les sacoches.

A :: Assemblage B + C

On coud dans un premier temps en s’aidant d’épingles (et on revérifie par la même occasion que les dimensions sont exactes et qu’on tombe bien sur les angles).

ETAPE-5-A

B :: Couture du ruban autour des pièces B + C assemblées

On coud  en une fois le ruban sur les 2 côtés ainsi que le bas.  Puis, on coud en une deuxième fois le ruban sur le haut de la pièce C

ETAPE-5-B

On reproduit la même chose pour l’autre sacoche

C :: Assemblage (B + C) qu’on vient de coudre avec la pièce A

Après la couture et dans un deuxième temps seulement, on entoure avec le ruban toute la pièce A avec la pièce B déjà assemblée à la pièce C (je n’ai pas pris de photos!! désolée). On reproduit la même chose pour l’autre sacoche

ETAPE-5-C

J’espère que chez vous, ça commence à prendre forme.

Vous vous imaginez déjà sur votre vélo, cheveux au vent, revenant du marché, la botte de carottes dépassant négligemment d’une sacoche … (le style Perrette et le pot de bridélice, mais en plus classe, ton panier c’est pas toi qui l’a fait toute seule pétasse, alors que moi mes sacoches c’est du DIY! )

D :: Assemblage final : tout ce qu’on vient de coudre avec la pièce D.

Je conviens que ce n’est pas très aisé, on doit plier et tordre les sacoches qui nous gênent.
– sur la face de la pièce D où on a cousu les attaches, on marque des repères à 2,5 cm
– on les reproduit sur la pièce A en prenant soin de tomber juste et d’être centré
– on épingle et on coud un rectangle de 11 cm de largeur environ en assemblant le tout.

ETAPE-5-D

Normalement, si vous avez réussi à déchiffrer mes explications, les sacoches sont terminées! Comme ma dernière  couture ne me satisfaisait pas et n’était pas très droite à cause de toutes les pièces assemblées qui me gênaient et comme il me restait du ruban, j’ai cousu deux bandes de ruban sur les horizontales, ça finit l’habillage des sacoches !

etape-6

Une dernière petite chose : pour rigidifier le fond des sacoches et en fonction de l’épaisseur de votre toile cirée, vous pouvez déposer dans le fond de chaque sacoche, une petite planchette en bois, en pvc souple ou autre (dimensions 10 * 33 cm)

Bon, je suis dans la totale incapacité de vous dire combien de temps prend la fabrication de ces sacoches … ça fait 15 jours que des bouts de toile cirée traînent dans le salon … j’ai « bricolé » ça dernièrement, 1h par jour, 3 fois par semaine… mais le temps de décortiquer le patron, assembler avec le ruban pour ne pas faire un truc trop crado ou trop amateur, ça prend du temps … mais si vous suivez le tuto et que vous avez à peu près tout à disposition, une aprem devrait suffire !

Evidemment, vous pouvez agrémenter l’intérieur d’une ou de plusieurs pochettes, de fermer les sacoches par d’autres systèmes, d’ajouter une poignée sur le haut pour en faire une sorte de cartable qu’on ballade pour ne pas se les faire voler sur le vélo… bref, moi je me suis arrêtée là pour cette fois, j’ai toujours mes sacoches attachées au vélo, mais les sangles sont multinouées, des rata-noeuds qui dissuadent les voleurs de s’y attaquer !

etape-finBUDGET – Coût total : 
– 2m de toile cirée : 3 * 2 € le mètre sur le marché = 6 €
– 9m (voire 10 pour plus de sûreté) de ruban de largeur de 3cm voire 4 cm dans l’idéal… c’est quasi le poste le plus cher : 9 € (1 euro le m), j’ai fouillé dans l’étalage d’un vendeur de mercerie au marché et j’ai pris un ruban/du biais rouge
– de la sangle : 2,8 € pour 5m (brico-dépôt)
– 4 attaches : on en trouve à tous les prix, chez castorama près de 4 euros la paire, ouille, ça fait mal ! sur le net, on en trouve pour moins cher… par chance, je me suis souvenue qu’un vieux sac de camping attendait qu’on le ramène à la déchetterie avec d’autres bricoles et surprise, il avait 4 attaches à la largeur parfaite!
– du ruban scratch : 1€ le m (chez Toto)

environ 20 € au total !

(photos Benoit Grellet et Catherine Boks – dessin Sophie Vanneste)

Mieux vaut forcer l’attention que passer inaperçue (Gambettes Box de fév., mars, avril 2013)

4 Mar

Inauguration de la rubrique « blablabla », qui porte bien son nom, car je l’imagine bien ne s’adresser qu’aux filles (quoique :)…). Je ne sais pas vraiment quel sera le contenu de cette rubrique, on verra avec le temps, mais parlons futilité, légèreté en attendant le printemps qui pointe son nez …

photo_carteDonc aujourd’hui, je vais vous parler de mon petit pêché mignon mode, les collants !  Car je suis presque tous les jours en jupe/robe ou short, j’en porte beaucoup plus régulièrement que je ne porte de jeans ou autre pantalon. Du coup, j’en ai pas mal, unis, ou à motifs, plus ou moins sobres et plus ou moins chauds ! (J’en avais même fait des séries au polaroid ou en numérique … il va falloir que je reposte ça tiens!) J’en achète souvent à prix réduits, en soldes, principalement dans les enseignes de prêt à porter, pas vraiment chez les spécialistes de la chose.

Il y a un mois, j’ai découvert sur le net la « gambettes box » et je me suis dit « ouahhhhhhh quelle idée géniale » ; les visuels et photos du site étant à tomber, j’ai fait de l’oeil à mon homme qui m’a abonné le mois dernier! Ahhhhh « trop contente » (pour faire style, « je suis encore jeune ») ; ma première box était celle de Février.

Je l’ai reçu le 16 février (alors qu’elle était censée arriver pour la saint valentin, mais soit, je ne les aurais pas portés de toutes façons…). Première chose, à l’image du site :   le packaging et la présentation sont vraiment joliment pensés, les cartes et photos toutes de qualité (zut, j’ai tout ouvert et je n’ai pas pris le temps de faire une photo de la box, mais vous en trouverez facilement sur le net) !

Concernant les collants, ENFIN, je peux les porter, ENFIN on atteint des températures décentes !
Le noir est de super qualité, doux, pas trop épais, mais suffisamment pour le porter aux alentours des 10 degrés, et c’est vrai que les seuls collants noirs que je portais étaient de marque inconnue, pas bien chères et là la différence est là !

Quant au résille …ah le résille, j’en portais quand j’avais 25 ans, j’en avais des noirs et même un rouge. Je ne me souviens même plus avec quoi je les mettais, mais il a fallu trouver une tenue pour « casser » le côté un peu provoc’ des résilles … En cas de « dubitativité » sur ces collants résille, les créateurs de la gambette box n’ont cependant pas manqué de nous joindre une jolie carte avec des photos hypra classes de Catherine Deneuve, Marylin ou Audrey Hepburn, histoire de nous montrer qu’on peut être hyper méga classe avec des bas résille et que ça ne rime en rien avec midinette vulgaire …

Conclusion, je suis toute gaiete d’être abonnée à cette box, j’espère que les créateurs des gambettes box vont nous dénicher quelque chose d’original, classe et facilement mettable avec tous types de tenues !

Et pour l’illustration de l’article, allons-y pour quelques photos prise cette après-midi ! (« vite dépêche-toi, j’ai pas envie que les voisins nous voient » … même si j’ai quand même pris le temps d’essayer d’autres chaussures avec une jupe totalement classique et basique, comme quoi les résilles se portent assez facilement, même quand on n’a plus 25 ans…le chat roux de la couré semble du même avis!)

photo_1

photo_chat

Dernières photos : les collants en intérieur pendant les travaux de couture du prochain DIY propice au printemps (il faudra être patient, la machine à coudre et moi, c’est une histoire toute récente)

photo_machinecoudre

// Edit et complément à cet article … du 12 avril //

Depuis la rédaction de cette petite review, j’ai reçu dans ma chère boîte aux lettres deux nouvelles box, donc 4 paires de collants, avec évidemment et sans surprise, les collants noirs opaques 40 deniers, toujours de bonne qualité et toujours utiles et deux paires de collants fantaisies.

La paire de mars d’abord : gambettes box a collaboré avec la célèbre marque Dim pour ce mois-ci : les collants étant emballés dans une pochette surprise, le but étant de rendre la découverte encore plus excitante… malheureusement, pour moi et pour beaucoup d’abonnées, la bonne surprise s’est arrêtée à la découverte de collants de couleurs improbables pour le mois de mars et aux motifs pas assez sobres pour ma part. J’ai en effet reçu une paire de collants fantaisie marrons (c’est la couleur dont je suis la moins fan !). Le truc bien frustrant quand même c’est qu’il y a eu 4 ou 5 paires différentes distribuées à toutes les abonnées : la paire comme la mienne en noire, marron, vert et bleu (tout m’aurait plu sauf celle que j’ai reçue) et d’autres paires à d’autres motifs fantaisie légèrement plus sobres … j’ai cru lire que certaines avaient reçu une paire unie grise et là, j’avoue je ne comprends plus vraiment le concept de la gambette box… Je crains qu’il y ait eu pas mal de désabonnements suite à cet envoie ou du moins pas mal de tentatives d’échanges sur la page facebook (mais qui aurait bien voulu de mon collant marron …)

Passons, j’ai continué d’être abonnée en me disant que les cartes glissées dans la box de mars présageaient vraiment du changement, de la couleur printanière et des rayons de soleil pour le mois d’avril. Quand je dis couleurs et rayons de soleil, rien ne me fait peur (aujourd’hui,j’ai des collants jaunes, hier ils étaient framboises…faut bien provoquer et aller chercher ce soleil d’une façon ou d’une autre).

La gambette box arrive, bien dans les temps … je prends presque mon souffle en l’ouvrant et là je découvre un collant fantaisie qui s’appelle « Éclaircies » et qui est couleur bordeaux !!! hého la team, ÉCLAIRCIES ?? Pour moi éclaircies = pastels, couleurs claires, soleil ! alors la couleur n’est pas vilaine, mais bordeaux, encore une fois, grande interrogation… elles siéront mieux en septembre ou octobre, mais pas là maintenant …

Je constate qu’il y a pas mal de mécontentements sur la page facebook, une couleur qui interloque, mais combien d’insatisfaites sur le total des abonnées ? peut-être que cette sobriété satisfait la grande majorité des abonnées et dans ce cas, l’argument de la gambette box n’est pas vraiment bien explicitée … moi je m’attendais à des collants introuvables, des couleurs et des motifs inédits en France. Des fantaisies de ce type, je sais les dénicher toute seule et nul besoin d’y passer du temps ! Le bon point est tout de même la qualité, mais ça ne suffira pas pour beaucoup d’abonnées sur le long terme.

Donc je résume mon expérience par de la frustration, mais je continue d’être abonnée… au moins jusqu’en juin, donc encore deux boxs à recevoir ; la box s’arrêtant l’été, j’aurais une belle collection de collants pour la rentrée.

Ci-dessous les collants de mars et d’avril mis en scène Et des idées de personnalisation de collants DIY en quelque chose de plus fantaisiste me trottent en tête :)

gambetteboxmars

gambetteboxavril

DIY : peinture maison

13 Fév

Et hop, voici le premier article qui inaugure le blog ET la catégorie « déco & bricolage »!

Entendons-nous, je suis assez fortiche pour ce que j’appelle le bricolage, mais dans mon sens, c’est « l’à peu près », l’approximatif, pas toujours le plus précis malheureusement. Je bricole en cuisine, en couture (encore trop grande débutante), en tricot (idem que la couture), et en déco ! Il faut souvent qu’on me booste quand je perds la patience et que je cale devant la ponceuse qui ne ponce plus, ou devant un vieux clou tout pourri et tout rouillé que je n’arrive pas à déloger ! Mais je fais, je bricole et j’aime plutôt ça (surtout quand j’arrive au bout) …d’où cette rubrique !

Donc le premier article concerne la peinture maison que je viens de tester !

Je vous plante le décor et le contexte : fin de l’an dernier, la petite maison dont je suis propriétaire a subit des travaux (tout n’est pas encore terminé, on recommence et on finit ce printemps). Qui dit travaux dit poussières, bordel, impatience et crises de nerfs > le mauvais côté ! MAIS le bon côté, c’est évidemment une maison plus saine, une isolation faite (avec des produits sains) et la phase la plus chouette : la déco ! La maison n’est pas très grande, et on vient de refaire deux pièces (sur les 3,5 de la maison qui est un triplex) : le rdc qui est une salle à manger/bureau de l’homme (qui a tout fait dans ces travaux) et le premier qui est un salon et mon bureau.

Après pose des placos et enduits, ponçage, re-enduits and co, on a enfin pu peindre, reposer les meubles et poser quelques touches de déco !

Concernant la peinture, on n’a pas fait bien compliqué, la maison étant au nord, elle est peu lumineuse donc tout est blanc mat (salissant malheureusement) ! J’ai réinstallé mon petit coin bureau au premier, mais depuis peu, j’ai envie d’autre chose, de le faire ressortir et j’ai envie d’un coin « coloré » sur un petit pan de mur de 1m de large !

Donc enfin on en vient à cette histoire de peinture maison : Effrayée comme souvent par un reportage télé (naïve que je suis) il y a quelques temps sur les cochonneries dans les produits industriels de bricolage, je me suis souvenue avoir un jour entendue parler de la peinture naturelle ! Allons-y, DIY, et en plus de l’argument « maison saine », celui du coût est aussi intéressant : lait + patates + blanc de meudon + farine + pigment naturel, estimation environ 12 euros !

La recette, je l’ai empruntée sur le site d’esprit cabane et adaptée pour un rendu moins plat (le mélange pomme de terre + lait et blanc de meudon donne un aspect très mat, qu’il vaut mieux éviter d’utiliser avec un gros rouleau).

En photos et pas à pas, ça donne ça :

newtest1

La recette précise de filtrer, j’avais un chinois de prêt, mais le mélange étant bien homogène et souhaitant du relief j’ai fait le choix de ne pas filtrer le tout.

newtest2

J’ai tout peint au gros pinceau pour donner du relief au mur. La surface n’étant pas bien large, c’était plus facile et plus agréable qu’un rouleau.

newtest3

J’ai peint 2 couches le premier jour, et le lendemain, pour un rendu plus nuancé, j’ai ajouté 2 petites cuillères de pigments dans la peinture qu’il restait (j’ai dû utiliser en tout 100g de pigments). Et à la fin de la 3ème et dernière couche, ça donne ça :

newtest4

newtest5

Conclusion : je suis super contente de l’apparence, du rendu du gros pinceau, du coût et de la facilité d’application! Dans le temps, je n’ai pas idée de la tenue, mais ça ne donne pas l’impression d’être une peinture cheap (j’ai testé la pose de scotch décoratif ou autre masking tape, et la peinture ne se barre pas quand on enlève le scotch). Ensuite, quant aux nuances et aux différentes teintes possibles, je voulais un joli gris, je l’ai eu avec un seul pigment, c’était pas bien compliqué ; mais si j’avais voulu une teinte particulière parmi un nuancier de plusieurs dizaines de couleur comme dans les GSB, j’aurais peut-être eu plus de mal à la fabriquer, mais là n’est pas trop la priorité quand on cherche à faire sain et économique !

Enfin, remarque utile : surtout, ne faites pas comme moi, c’est à dire oublier le pot de peinture à la maison et le vider au bout de 5 jours !! L’odeur est nau-sé-a-bonde (le lait avait tourné). Gardez votre peinture au frais ou au frigo et utilisez là dans les 3 jours. Je vous rassure, il n’y a aucune odeur quand la peinture est sèche, à peine une odeur de purée au moment de la pause (mais bien moins désagréable que celles des solvants des peintures industrielles)

newtest6

Et hop, le bureau remis à sa place (le bureau en vrai est beaucoup plus chargé, là j’ai mis 3 bricoles pour la photo :), mais le bureau et ses petits accessoires déco recyclés ou détournés feront l’objet d’un prochain post ;)

%d blogueurs aiment cette page :